L'herbe aux chats est-elle sans risque ?

« Il ne faut surtout pas donner d'herbe à chat à ton chat, c'est une drogue ! » , « C’est mauvais pour son cerveau, il risque de devenir dépendant »

Ça, c'est ce que beaucoup d'entre vous se disent, et j'en faisais aussi partie à une époque par manque d'informations. Seulement, ce sont de fausses idées. Il est vrai que quand on parle d’herbe qui aurait un effet euphorisant, le lien est très vite fait avec la drogue, mais le fonctionnement est totalement différent et ces herbes sont de véritables atouts pour le bien-être de nos félins.

 

Herbe au chat ou herbe à chat ?

Il faut faire la différence entre ces deux termes qui sont souvent confondus. En France, « herbe à chats » désigne les jeunes pousses de graminées (blé, seigle, orge, avoine…), qui une fois ingérées, vont faciliter la digestion du chat et notamment l’élimination des boules de poils dans l’estomac. C’est l’herbe que mâchouille votre chat dans votre jardin pour, comme on dit, se purger.

L’herbe-aux-chats, quant à elle, désigne un ensemble de plantes qui ont un effet euphorisant et apaisant sur les chats. Le chat ne les avale pas, c’est leur odeur qui déclenche la réaction par stimulation olfactive. Il en existe de différentes sortes, les plus connues par chez nous étant la cataire (ou menthe à chat) et la valériane.

 

 

 

Mais il en existe d’autres :

 Une question de génétique ?

Tous les chats ne réagissent pas avec la même intensité face à ces différentes plantes, et cela serait lié à leur profil génétique. Bien que la cataire soit la plus connue, la réaction au matatabi est souvent bien plus forte que celle observée avec la cataire. Quant à la valériane et le chèvrefeuille de Tartarie, ce sont ceux qui entrainent les plus faibles taux de réactions.

 

Les effets visibles sur le chat peuvent s’apparenter aux comportements d’une chatte en chaleur, mais la réaction à l’herbe aux chats n’est pas dépendante du sexe de l’animal. Mâles et femelles réagissent de la même façon. Le chat va lécher, mordiller, frotter ses joues sur la plante ou l’objet la contenant, se rouler sur le dos, donner des coups de pattes arrière et certains peuvent même baver. L’effet ne dure que quelques minutes, puis votre chat est détendu et se met à se toiletter ou faire ses griffes.

 

Comment ça fonctionne ?

Il a été découvert avec la cataire que c’est la substance chimique, appelée népétalactone, qui est à l’origine de cette réaction. Cette huile essentielle est émise par la plante pour repousser les insectes, particulièrement les moustiques, et semble avoir l’effet totalement inverse sur nos félins. Lorsque le chat inhale cette huile volatile, cela engendre une libération d’endorphine par son cerveau. Aussi connue comme l’hormone du plaisir, elle procure une sensation de détente et de bien-être, et dans certains cas d’euphorie (plus précisément c’est la β-endorphine, la même hormone que notre corps libère après une séance de sport).

On retrouve cette même népétalactone en faible quantité dans les autres herbes aux chats, mais elles contiennent d’autres composés ayant les mêmes effets. C’est l’actinidine qui est présente en majorité dans le matatabi, la racine de valériane et le chèvrefeuille de Tartarie. Le matatabi, lui, contient également plusieurs autres composés actifs (iridomyrmécine, Isodihydronepetalactone…), c’est pourquoi c’est l’herbe-aux-chats la plus plébiscité par nos matous.

Chaque chat va être plus ou moins réceptif à ces substances chimiques, et seulement 6% ne réagissent à aucune d’entre elles, alors il y a forcément une herbe-aux-chats qui est faite pour votre boule de poil !

Le jeune chat ou ceux âgés peuvent également ne pas réagir, c’est à peu près à partir de 3 mois pour les chatons qu’on peut commencer à voir des effets.

Mon chat peut-il devenir accro ?

L’herbe aux chats ne crée pas de dépendance, puisque l'effet ne dure que quelques minutes, voire une quinzaine de minutes. Après ça, le chat y reste totalement insensible pendant plusieurs heures, même si vous lui en présentez à nouveau. Il peut même devenir totalement insensible s'il en a en permanence à disposition. C’est pourquoi dans le cas du matatabi, il est recommandé de leur en donner maximum 3 fois par semaine pour éviter toute accoutumance. Ce serait dommage que votre félin ne puisse plus profiter de ce petit moment de détente. Aucun effet secondaire n'a jusque-là été détecté, bien au contraire.

De véritables bienfaits

L’herbe aux chats est un atout non négligeable dans l’enrichissement de l’environnement de votre chat. Avec la vie en intérieur et dans de petits espaces, le chat est d’avantage soumis au risque d’ennui et de développer de mauvais comportements. En effet, on ne s’en rend pas forcément compte même quand on cherche le meilleur pour notre boule de poil, mais certains de leurs instincts peuvent ne pas être correctement assouvis. Ces incompréhensions entre lui et nous entrainent des pipis hors bac à litière, des griffades sur les murs et les canapés, des pics d’agressivité et j’en passe.

Des jouets d’herbe aux chats, ou simplement l’herbe brute déposée sur une surface, seront une parenthèse de défoulement et de détente pour eux mais aussi pour nous (voir son chat, pourtant peu joueur, s’amuser comme un fou et se mettre dans des positions improbables, c’est aussi notre moment drôle et relaxant). Rien de mieux pour aider votre félin à se sentir bien dans son environnement, mais aussi surmonter des périodes de stress (nouvel arrivant dans la maison, visite chez le vétérinaire, déménagement…).

Autre petite astuce, saupoudrer un emplacement comme un griffoir, peut aider à rediriger votre chat dessus et non plus faire ses griffes sur votre beau canapé.

Sachet de cataire cultivé en France

 

Alors n’hésitez plus. Pratiquement tous les chats domestiques répondent au moins à une herbe aux chats (seulement 6% ne réagissent à aucune d’entre elles), il ne vous reste plus qu’à trouver laquelle.

Et pour ça j’ai peut-être l’objet qu’il vous faut, mon kit testeur d’herbes aux chats.

 

Bon à savoir    Les lions, les léopards et les jaguars répondent aussi à la cataire, mais pas les tigres !

 

 

 

 

 

Références

Bol, S., Caspers, J., Buckingham, L. et al. Responsiveness of cats (Felidae) to silver vine (Actinidia polygama), Tatarian honeysuckle (Lonicera tatarica), valerian (Valeriana officinalis) and catnip (Nepeta cataria). BMC Vet Res 13, 70 (2017). https://doi.org/10.1186/s12917-017-0987-6

NATALIE ADELE VILLANI, Heritability and Characteristics of Catnip Response in Two Domestic Cat Populations. https://www.gwern.net/docs/cat/catnip/2011-villani.pdf

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés